Méteo / FLux temporel et rumeurs


2016
Le flux mène au 16 février 2016.
En europe et en France en particulier, la météo est déréglée. Les températures sont au dessus des normes et on a plutôt l'impression d'être au printemps. Partout ailleurs dans le monde, la météo est conforme aux normes.

De nombreuses failles temporelles émergent, partout sur le globe, et d'anciennes figures qu'on croyait disparues refont surface. Les surhommes, désormais appelés "super héros", sont maintenant de notoriété publique et certains ont même des comics relatant leurs exploits.
Certains groupes datant de l'époque chimérique font à nouveau parler d'eux...

1934
Le flux mène au 02 janvier 1934.
A paris, le ciel est agréable et ensoleillé. A Londres, températures fraiches mais ciel dégagé. Aucune faille, jusqu'ici ne mène en dehors de ces villes. Les autres villes sont bien sur accessible, mais le flux temporel ne nous permet pas de connaitre l'état météorologique dans les autres villes.

Un meurtrier en série sévit en ce moment à Paris, découpant les mains de ses victimes.

Une enquête est menée sur les laboratoires privés Flamel et leur soit disant "produit miracle".

Le scientifique français Henri George Ben a disparu...< /div>

1921
Le flux mène au 21 février 1921
A paris, le temps est clément, mais il fait assez sombre.
A Londres, il pleut et la température est basse.
Aucune faille, jusqu'ici ne mène en dehors de ces villes. Les autres villes sont bien sur accessible, mais le flux temporel ne nous permet pas de connaitre l'état météorologique dans les autres villes.

Une folle rumeur court sur la résurgence d'une ethnie Fae et leur lien avec "la fée verte" reste à démontrer...

    Josh new fiche

    Partagez
    avatar
    Josh R. de Roncevaux

    Messages : 52
    Points : 57
    Date d'inscription : 09/01/2016

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    100/500  (100/500)

    Josh new fiche

    Message  Josh R. de Roncevaux le Mer 17 Jan - 21:05


    •• Josh R. de RONCEVAUX ••


    •• ► Humain ◄ ••


    âge  ••  32 ans
    pouvoirs  ••  Ceux liés à Durendal , Josh est et reste un humain. Même s'il est un excellent escrimeur, il est limité par l'endurance, la vitesse et la force d'un humain qui entretient sa forme physique.
    Pouvoirs de Durendal:
    ► Possédée par une personne de la lignée du Chevalier Roland, elle fera de son propriétaire un escrimeur hors-pair, connaissance qui restera chez son propriétaire tant que l’épée n’aura pas été léguée à un autre descendant direct de Roland, qu’importe qu’elle soit sur lui ou pas. (Extension de son agilité à toutes armes blanches)
    ► Indestructible, l'épée légendaire Durandal peut trancher n’importe quelle matière sur terre, hormis quelques exceptions (à définir avec les Admins).
    ► Exceptionnellement, elle peut aussi «recoller» ce qui a été coupé, en un mot soigner mais aussi réparer les objets. Mais c'est l'épée qui décide quelque soit la volonté de son porteur. (Notion de ne pas interférer avec le destin. Elle soigne un blessé, pas d'une attaque mortelle.) [si cette capacité gène, je peux la retirer]
    ► Elle viendra à son porteur d’elle-même s’il est en danger, ou s’il fait appel à elle. Durendal reste normalement au domicile de son propriétaire. Il n'est pas obligé de la transporter avec lui. Elle viendra à lui, s'il l'invoque.

    qualités  ••  
    Charismatique / Gentleman / Agile / Excellent bretteur / Sens de l’honneur / Bonne capacité à s'instruire / homme d'affaire avisé

    défauts  ••  
    Voleur / Pantouflard à ses heures / Libertin / Cabotin / Peut se montrer arrogant

    Ce que les gens pensent de lui:
    Interrogeons le barman de son café habituel sur sa force.
    - Monsieur de Roncevaux fort ? Oh, cela est difficile à déterminer. Quand il vient au café, il a plutôt la mise d’un gentleman. Il est courtois et galant. Je le vois mal donner dans le coup de poing et les bagarres faciles. Mais l’autre fois, il a remis à sa place un sale type qui importunait une cliente, de manière ferme et sans effusion de violence. Oui c’est un gentleman.
    ► Bonne intelligence en négociation. Avant d'en arriver à une confrontation physique, il utilise son aisance à parler, charmer ou embobiner son interlocuteur. Si cela ne fonctionne pas, il sait se battre. Josh est de nature charismatique.

    Que pense sa dernière conquête de sa relation avec lui ?
    - Un homme raffiné qui m’a offert un magnifique bijou. Le même que celui qui a été dérobé place Vendôme la veille…
    ► Excellent charmeur et... voleur, il pourrait presque rivaliser avec Arsin Lupin qui a été un peu son modèle. Il a une très bonne agilité qui lui permet des escalades audacieuses. Il ne craint pas le vertige. Il sait se faire discret et furtif.

    Une impression de l’un des adhérents d’un club d’escrime qu'il n'a fréquenté que deux jours.
    - Ce type est venu la bouche en cœur, disant qu’il voulait apprendre à croiser le fer. Il se disait néophyte… A la deuxième séance, il a vaincu le maître… On ne l'a plus revu depuis.
    ► Excellent bretteur, il redoutable avec toutes les armes blanches ou bâtons et particulièrement avec Durendal qu'il peut invoquer à volonté. Ses capacités à l'escrime lui viennent de son épée : Durendal

    Le vieux monsieur qui habite sur le même palier que notre manieur d’épée le connait bien, pour passer quelques soirées avec lui, à refaire le monde.
    - Josh est une personne optimiste et créative. Fantaisiste, « ce n’est pas un aristocrate qui vit comme un anarchiste, mais un anarchiste qui vit comme un aristocrate ». Il est à l’aise dans tous les milieux sociaux. Josh représente une morale plus vraie, qui ne s’encombre pas des faux-semblants et des passe-droits que procure la situation sociale dans un monde où les lois servent à faciliter le pillage de la société par les privilégiés. C’est un homme qui est plutôt de caractère joyeux, moqueur et rebelle à l’autorité, mais avec élégance. D’une certaine façon, on peut le traiter d’anti-héros.

    La femme, un peu libertine d’un ami, vous dira que Josh sait charmer de manière très subtile.
    - Il a l’art de passer du gentilhomme au mauvais garçon suivant ses besoins. Cette femme, qui préfère garder l’anonymat, précise que généralement les gens sont fascinés par Josh. Tout le monde l’aime bien, sauf ses ennemis bien entendu. Il est très charismatique.

    Que dit son chargé d'affaire de son Boss :
    - Monsieur de Roncevaux est un fin homme d'affaire. Il n'hésite pas à voyager et à aller voir pas lui-même où sont produits les marchandises que nous achetons. Il est à l'aise autant dans un salon parisien qu'en pleine jungle birmane. Certain dans le milieu des affaires le surnomme le Caméléon.

    Parlons à un de ses amis sportif.
    - Si Josh est un sportif ? Oui et non. Parfois il reste des semaines à mener une mauvaise vie et à d’autre temps, il s’entraîne comme s’il allait partir en guerre. Il peut être redoutable et difficile à suivre.
    ► Un petit côté pantouflard qu'il sait mettre de côté quand faut y aller. Josh est d’apparence trompeuse sur ses réelles capacités physiques. Il faut se méfier de son apparence embourgeoisée. De force humaine, il n'en sait pas moins se battre.

    Que dit la concierge de monsieur Josh R. de Roncevaux ?
    - Ce jeune homme est un impertinent, un insolent, un rebelle, et un vrai gouailleur. Mais il est aussi cabotin, chevaleresque, généreux et moral. Il est très apprécié des résidents de notre bel immeuble.

    habitudes  ••  Josh est un dandy parisien des années entre-deux guerre. Son "voyage temporel" le parachute à une époque qu'il va devoir comprendre et apprendre pour retrouver ses habitudes de vie. Car nul ne doute qu'il fera tout pour se recréer la vie de gentleman bourgeois à laquelle il s'est habitué. C'est un perfectionniste, de sa façon de se vêtir, à celle de mener ses affaires. Il a hélas laissé son majordome dans les arcanes du passé. Un exemple de sa maniaquerie, son petit déjeuner du matin : Un verre de jus d'oranges sanguines fraîchement pressées, un café long pur arabica avec un demi sucre. Deux biscottes avec de la marmelade d'oranges amers ou de framboise. Plus le journal du matin. Le tout doit être disposé sur un plateau en respectant un ordre précis. La serviette doit être blanche et en coton de bonne qualité.  Josh est quelqu’un de très instruit et un grand lecteur. Il troquera facilement la vaste bibliothèque qu’il possédait pour les outils informatiques, cependant il gardera la nostalgie du livre papier qu’il cherchera toujours à se procurer.

    apparence  ••  Josh est toujours tiré à quatre épingles. Se réveiller au XXIé siècle, alors qu'il vient du début du XXé va certainement le choquer au départ. Mais il saura prendre parti des nouveautés vestimentaires pour se reconstruire un look élégant et recherché.


    _________________________________________

    QUI ES-TU?


    Paris 1er juin 1933
    L’encart dans le journal m’a tout de suite attiré. Il vante la richesse d’une exposition temporaire sur  les Carolingiens dans un petit musée de Paris. Depuis tout gamin, je suis littéralement attiré par tout ce qui touche l’époque médiévale et surtout celle de mon lointain ancêtre. Si enfant, j’avais un peu honte de ma passion face aux copains qui étaient plutôt tournés sur les héros modernes et la mécanique. Devenu un adulte autonome, je ne cache plus mes préférences pour l’Histoire avec un grand H, ni mes nobles origines, bien qu’il ne me reste comme prestige que mon nom de famille. Certes l’Histoire continue de s’écrire et elle est toujours aussi dense. Mais je garde un faible pour les aventures de capes et d’épées. La légende du roi Arthur était, et l’est encore, mon livre de chevet favori. J’aime cette noblesse d’esprit, ces codes d’honneur, les saintes quêtes et les batailles aux glaives ou à l’épée. Maintenant, on mécanise tout, même la mort…

    Ma bibliothèque est riche d’un tas d’ouvrages, que ce soient des essais ou de purs livres d’histoire. J’aime me plonger dans ce passé dans lequel je me retrouve. Je crois que cela va au-delà de la passion, que cela coule dans mes veines. Je ne porte pas le nom de Josh Roland de Roncevaux pour rien. Je sens comme une connexion avec ce temps ancien. Je fais rire mon voisin de palier, un adorable vieux monsieur que ses petits-enfants oublient un peu, quand je lui narre mes rêves aventuriers et chevaleresques. Je lui parle de bataille à Camlann ou d’une ascendance digne d’un Uther Pandragon.

    Alors évidemment, j’étais loin de me douter de ce qui allait me tomber dessus, bien que je sache d’où vient mon nom de famille et que je connaisse mon arbre généalogique. Il est une chose d’avoir un noble ancêtre, il en est une autre pour ses descendants que de perpétrer son œuvre au fil des siècles. Mes ancêtre ont failli à une tache particulière, j’allais l’apprendre à mes dépends. Et comme l’écrit Arthur Bernède dans Vidocq : On n’échappe pas à son destin… Cependant contrairement au personnage de l’auteur, je compte bien faire de ma lignée de naissance, un point fort, un avenir, un espoir, un… Bon j’arrête de mettre la charrue devant les bœufs et vous raconte ce qui me tombe dessus un jour pluvieux, alors que je visite une exposition temporaire dans le Paris des années folles.

    Le musée est ainsi fait, il faut déambuler de manière chronologique. Il y a foule à cause du mauvais temps, alors je ne peux pas avancer rapidement pour voir la partie qui m’intéresse. Je prends donc mon mal en patience et finalement me plait à lire les explications sur les hommes de la préhistoire. Si ma préférence va vers la haute antiquité et toute la période du moyen âge, je ne dénigre pas cette période du Paléolithique. À cette ère, l’homme se battait pour survivre et non conquérir des territoires pour accroître sa puissance. Émerveillé, j’observe les premières pointes de flèche en silex, des outils et des armes faites de pierres taillées ou de bois affûté. Quand on connaît l’évolution qui suivra, on ne peut qu’être émerveillé par la transformation qu’a connue l’homme.

    Je m’arrête devant les ossements d’un homme de Neandertal qui a été trouvé dans les plaines de Sibérie. Pauvre type, il n’a sûrement jamais imaginé de son vivant que sa dépouille finirait sur un écrin de velours noir, éclairée par des lampes à mercure. Je lis les explications qui sont associées à ces ossements. L’homme de Neandertal a le front fuyant, pas de menton, un bourrelet sous-orbitaire, une arcade dentaire et un nez avancés. Neandertal vouait un culte à l’ours, il enterrait ses morts et un doute subsiste sur le fait qu’il ait été cannibale.

    - Dieu ce que tu as dû être moche toi, murmurai-je….

    Je poursuis ma visite et aborde l’Égypte antique puis la civilisation grecque et enfin romaine. La foule du début s’est un peu éparpillée, me permettant de progresser rapidement. La salle de l’exposition temporaire est agencée en clair-obscur. L’Empereur d'Occident trône sur une représentation de sa personne sur une tenture qui a presque mille ans. Les couleurs sont délavées et contrairement à la croyance populaire, il n’a pas de barbe fleurie. Charlemagne est imberbe, du moins sur toutes les représentations qui sont exposées ici.

    Elle est là, m’attirant comme un aimant attire de la limaille. Une sublime épée est posée sur un velours pourpre. Sa boîte de verre securit permet d’en faire le tour. Je suis fasciné et envoûté. Un cordon empêche de s’approcher. Cela me frustre, j’aimerai tant la toucher et la saisir. Le panonceau indique quelle a été trouvé prés de Roncevaux, là où je suis né. Mon nom de famille m’a souvent valu, et à raison, une analogie avec le valeureux Roland le Preux, chevalier franc, comte des Marches de Bretagne. Dire que l’analogie m’ennuyait serait faux. Au contraire, une telle lignée flatte mes goûts pour cette époque de l’histoire. De plus, une légende, probablement archi fausse, suppose que ce chevalier était le neveu de Charlemagne.

    Alors que je suis perdu dans mes pensées, brusquement l’épée semble luire d’une lueur propre. Je relève la tête, cherchant un spot ou quelque chose qui permet cette mise en scène. Mais comment expliquer la suite ? Je sens tout simplement un poids dans ma main. Instinctivement mes doigts se referment sur la poignée de l’épée qui n’est plus sous sa prison de verre, mais bien dans ma main. Affolé, je la laisse choir. Elle tombe dans un tintement métallique, ce qui attire le regard d’un garde. Pris de panique je m’enfuis sous des exclamations de « au voleur ». Pour une fois que je ne volais rien…

    D’ailleurs mes capacités naturelles à cette activité me permettent de sortir de là sans encombre et de rentrer chez moi plus que troublé. Cette épée… Je ne l’ai tenue qu’une fraction de seconde, mais pourtant plein d’images ont défilé sous mes yeux, des combats épiques, ou des adoubements. Un peu comme si cette épée me dévoilait son histoire. J’en frissonne rien qu’à y penser.

    Du temps passe, l’exposition temporaire est remplacée par une autre qui traître du règne de Napoléon. Cela m’intéresse, seulement je reste trop remué par ce qui s’est passé le mois précédent. D’ailleurs, les ossements de l’homme de Neandertal semblent avoir été dérobés. Depuis, je me suis replongé dans l’histoire de Charlemagne, de son règne et des batailles qui ont eu lieu à son époque. Surtout que mon ancêtre, Roland le Preux y a participé et donné sa vie. Quand je me plonge ainsi dans l’histoire, il n’est pas rare que je me lève et mime une bataille au milieu de mon salon sous le regard placide de mon chat. Quelle n’est pas ma stupeur quand ma main s’alourdit brusquement, mes doigts resserrés sur la poignée d’une épée que je reconnais parfaitement. J’ai le même réflexe qu’au musée et la lâche. Elle tombe avec un son mat sur le tapis. Je ne comprends pas ce qui m’arrive. Je ne suis qu’un humain. Je n’ai pas la capacité de faire apparaître des objets comme certaines personnes dont je sais l’existence pour avoir fréquenté des cercles occultes.

    Sur le tapis, la lame luit comme une invitation. Alors je m’assois en tailleur à côté de cette épée et non sans crainte, je la saisis une main sur la lame, l’autre près de la garde.

    Raconter le voyage intérieur qui se passe alors serait trop long. Mais je peux résumer les conséquences ainsi. L’épée m’a reconnu pour être un lointain descendant de Roland le Preux. Mes parents sont morts peu après mon début à la vie adulte. Si notre lien avec ce lointain ancêtre, n’était pas un secret, jamais mes parents ne se sont servis de ce lointain prestige. Pourtant je sais que ma mère avait tenu d’accoucher à Roncevaux qui est maintenant en Espagne, alors que mes parents habitaient à Biarritz. Cela ne pouvait être qu’un choix important de sa part, que de risquer un tel voyage à traverser les Pyrénées en étant presque à terme. Je ne me connais aucune autre famille et à ma connaissance être le seul Roncevaux de la lignée directe de Roland encore en vie.

    La possession de cette épée de légende ne change pas vraiment ma vie, sinon qu’elle est un efficace moyen de défense. L’autre soir, alors que je venais de cambrioler une bijouterie, elle m’a permis de me protéger des tirs du gardien. Bon, il n’avait qu’une arme de service de deuxième catégorie, mais s’il touchait un point vital, il m’abattait. J’ai plongé dans ma bibliothèque pour trouver l’origine de cette épée. Et c’est en tombant sur une antique gravure que je l’ai reconnue. Durendal, l’épée que mon ancêtre Roland a fracassée contre un rocher avant de mourir.

    Ce que je ne m’explique pas, c’est pourquoi cette épée est venue à moi maintenant. Mon père ne l’a jamais évoquée et je doute qu’il n’en ait jamais entendu parler.

    On n’échappe pas à son destin…

    Destin que je le croise à Londres quelques mois plus tard. Au British muséum précisément. En Angleterre pour affaire, je profite de mon passage dans cette capitale pour faire un tour à son célèbre musée. Cette fois-ci ce n’est pas une épée que je trouve, mais une dague. Je peux me vanter être un expert pour tout ce qui concerne la période Carolingienne. La dague porte des traces des armoiries de mon ancêtre. Évidemment je décide de la subtiliser. Le vol se passe à merveille, c’est quand je vais pour redescendre du toit du musée que je le croise.

    J’ai failli me faire avoir par son aura séductrice. Macsen convoite le même objet, non pour la lame, mais pour le morceau d’ambre qui y est accroché. Mon incommensurable curiosité me fera accepter un marché avec lui. Celui de le suivre sur le territoire de sa famille. Si j’authentifie la dague comme appartenant à mon ancêtre, Macsen revendique l’ambre comme étant du sang de Dryade, son peuple.

    C’est ainsi que je me retrouve loin des terres des hommes, en pays de Galles dans une forêt dense et peuplée d’un peuple que peu d’humains peuvent se vanter avoir déjà croisé. Mes intentions étaient honorables, Macsen pas si fourbe qu’il pouvait en avoir l’air. Seulement remuer l’histoire autour de cette dague a déclenché un léger imprévu dans ce voyage qui était censé être un aller-retour et pas uniquement un aller simple.

    Mai de l’an 773 – Forêt de Brocéliande.
    Roland emmène son jeune fils à la chasse. Le garçonnet de huit ans est juché à l’avant de la selle de son noble père. À cette époque, on commence très tôt l’éducation guerrière des garçons. Une biche servira de leçon à l’enfant qui prendra la suite de son prestigieux géniteur. Alors que le père s’occupe à accrocher le cervidé tué d'un carreau d’arbalète sur la croupe de son cheval, le bambin s’éloigne et manque de tomber dans un ravin. Il doit la vie sauve à un être étrange, l’arbre mère de la forêt, une dryade. Elle retient l’enfant de la chute, mais demande un service en échange de la vie de ce fils. Les chrétiens prennent de l’assurance, mais également du pouvoir. Les lieux de culte païens sont mis à sac. Brocéliande, lieu traditionnel de rencontre des druides et autres créatures est menacée. Contre l’assurance que la lignée de Roland protège ce lieu de la dévastation, La dryade promet que son peuple protégera les héritiers mâles de Roland, perpétuant son nom au fil des siècles. Contraint avec la menace qui pèse sur son fils, Roland accepte le pacte. Il reçoit comme gage du sang de la dryade, alors qu’il offre son propre sang en échange.

    14 juilet 1789
    La bastille tombe, la monarchie aussi. Les de Roncevaux se terrent dans les Pyrénées Atlantiques. Pour leur survie, ils ont abandonné leur fief en Bretagne. La famille de Josh survie à la révolution française. Mais les années de terreurs ont accompli leur œuvre, celle de l’oubli. C’est à cette date que Durendal se fait oublier des mémoires et disparaît pour devenir une légende. Le pacte passé 1000 ans plus tôt tombe dans l’oubli aussi, comme la dague qui le représentait, laissé en Bretagne aux mains des pilleurs révolutionnaires.

    Retour en 1933
    La famille de Macsen décide que la famille de Josh a rompu son pacte, laissant la forêt de Brocéliande se vider de son petit peuple. Conscient que Josh était totalement ignorant du devoir qui incombait à sa famille, la famille Caerwyn décide de plonger le descendant de Roland dans un profond sommeil au cœur d’un grand chêne. C’est ainsi que Josh va traverser les années sans vieillir, prisonnier d’un arbre, les mains croisées sur Durendal qui accompagne son maître dans cette longue dormance.

    Juillet 2007
    L’enfer se déchaîne sur terre et sur le pays de Galles. Le château de la famille de Macsen est détruit, sa famille presque décimée. Durendal agit comme un bouclier protecteur autour de Josh. Le chêne dans lequel il est enfermé souffre, mais n'est pas déraciné comme bien des arbres autour de lui. La dormance de l'héritier de Roland le Preux se poursuit dans l'oubli.

    Été 2017
    Le monde a changé depuis l'intervention divine. La terre se reconstruit. Les puissances ont changées de main. L'humanité est déviée de sa route initiale. Tout est à reconstruire. Quelques îlots ont été préservés. Les anciennes règles pour acquérir le pouvoir restent les mêmes, seulement tout le monde ne part pas sur un pied d'égalité.

    Quelqu'un se souvient de cet humain plein de ressources, dont la vie est suspendue dans une gangue végétale. Vue le cataclysme, Macsen Caerwyn a peu d'espoir de le trouver en vie. Mais c'était sans compter sur une épée de légende. Josh Roland de Roncevaux est bel et bien vivant. Il se pourrit qu'il râle un peu à son réveil.

    Je suis en vie. Et j'ai une furieuse envie de fracasser la belle gueule de ce faune qui m'a volé ma vie. Seulement une absence de 84 ans me laisse aussi vulnérable qu'un enfant. Je dois tout apprendre et découvrir un monde qui a bien changé. J'espère que la Suisse est toujours un pays neutre et que ses coffres forts ont résisté au chamboulement. Sinon je repars vraiment de zéro.



    •• hors jeu ••


    pseudo  ••   Rolling Eyes  
    comment avez-vous découvert le forum?  ••  Grâce à l’un de ses faunes Wink C'est la faute à Macsen Caerwyn !
    qui est la personnalité sur l'avatar de votre personnage?  ••   Jonathan Rhys-Meyers
    code du règlement?  ••   Kyle est le plus beau
    code de la section des groupes et pouvoirs  ••   animal de foire

    Crédits pour les images: insérer le(s) nom(s) ici




      La date/heure actuelle est Jeu 26 Avr - 10:07