Méteo / FLux temporel et rumeurs


2016
Le flux mène au 16 février 2016.
En europe et en France en particulier, la météo est déréglée. Les températures sont au dessus des normes et on a plutôt l'impression d'être au printemps. Partout ailleurs dans le monde, la météo est conforme aux normes.

De nombreuses failles temporelles émergent, partout sur le globe, et d'anciennes figures qu'on croyait disparues refont surface. Les surhommes, désormais appelés "super héros", sont maintenant de notoriété publique et certains ont même des comics relatant leurs exploits.
Certains groupes datant de l'époque chimérique font à nouveau parler d'eux...

1934
Le flux mène au 02 janvier 1934.
A paris, le ciel est agréable et ensoleillé. A Londres, températures fraiches mais ciel dégagé. Aucune faille, jusqu'ici ne mène en dehors de ces villes. Les autres villes sont bien sur accessible, mais le flux temporel ne nous permet pas de connaitre l'état météorologique dans les autres villes.

Un meurtrier en série sévit en ce moment à Paris, découpant les mains de ses victimes.

Une enquête est menée sur les laboratoires privés Flamel et leur soit disant "produit miracle".

Le scientifique français Henri George Ben a disparu...< /div>

1921
Le flux mène au 21 février 1921
A paris, le temps est clément, mais il fait assez sombre.
A Londres, il pleut et la température est basse.
Aucune faille, jusqu'ici ne mène en dehors de ces villes. Les autres villes sont bien sur accessible, mais le flux temporel ne nous permet pas de connaitre l'état météorologique dans les autres villes.

Une folle rumeur court sur la résurgence d'une ethnie Fae et leur lien avec "la fée verte" reste à démontrer...

    Cinéma Memento Mori

    Partagez
    avatar
    D-713

    Célébrité : : Jonny Ruzzo (titre inconnu)
    Messages : 8
    Points : 14
    Date d'inscription : 24/04/2016

    Feuille de Personnage
    karma ::
    2/5  (2/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    100/500  (100/500)

    Cinéma Memento Mori

    Message  D-713 le Dim 8 Mai - 19:18

    Le Cinéma Memento Mori





    À la distante puanteur d'égout s'ajoute la forte odeur de tabac et de promiscuité humaine. Mais ni l'une ni l'autre n'arriva à couvrir le lourd parfum métallique et capiteux qu'exhalent les éclaboussures noirâtres sur les murs.
    Toisés par les centaines d'orbites vides, l'assemblée de spectateurs finit de s'installer dans la modeste salle des catacombes qui courent sous le Trocadéro, dans le XVIe. Une trentaine de chaises pliantes, de tabourets, voire même de poufs usés servent de gradins face à la large toile blanche fixée au mur par des cordages. Il a fallu être créatif pour placer le projecteur, mais tout est prêt.
    La foule est extrêmement variée, comme seule sait l'être la communauté des amateurs d'art de la capitale française. Des bouteilles circulent, dans une ambiance bonne enfant mais discrète. Les hommes et femmes présents sont des initiés, habitués au secret et aux manifestations à la légalité approximative.
       
    Une femme, aux cheveux très noirs et aux iris de la couleur de la glace, s'avance devant l'écran. Elle a l'air très jeune. À peine la vingtaine. Pourtant, son regard est celui d'une vieille dame.
    "Mesdames. Messieurs. Je vous souhaite le bonsoir et la bienvenue à cette première projection du ciné-club Memento Mori."
    Sa voix est profonde, mélodieuse et hypnotique. La salle applaudit. D-713, installé au premier rang, rallume sa cigarette avec un élégant briquet d'argent volé quelques instants plus tôt à Agalé. La femme au regard ancien reprend:
    "Je vous remercie d'avoir répondu si nombreux à mon invitation dans cette salle de projection aussi improvisée qu'insoumise. Le film que j'ai choisi pour cette ouverture incarne à la perfection cette insoumission, tout en étant parfaitement adapté à l'ambiance. Mais je ne suis pas la plus compétente pour en parler. Je laisse donc ma place à Monsieur D-713, qui a participé à l'écriture de ce monument du cinéma expressionniste allemand qu'est Nospératu le Vampire."
       
    Nouveaux applaudissements. D-713 se lève et rejoint l'organisatrice de la soirée devant la toile.
    "Merci à vous, et merci, Lison, pour ton invitation ce soir."
    Il tire sur sa cigarette.
    "Nosferatu, eine Symphonie des Grauens, réalisé par Friedrich Murnau et écrit par ce vieux renard de Henrik Galen avec quelques anonymes dont fait partie votre serviteur.
    Pourquoi ce film ? Pourquoi ce soir ? Pourquoi dans les catacombes ?
       
    Quand Stoeker a rédigé son Dracula, il s'est basé sur les témoignages de Van Hellsing. Donc, sur les témoignages d'un homme ressentant une fascination morbide pour son adversaire. Il a suivi sur le point de vue d'un homme persuadé d'être capable de vaincre la mort par la science.
    Galen n'avait pas du tout cette optique. Il a étudié les rapports, recoupé les témoignages et est même allé jusqu'à exhumer une certaine petite brune disposant d'un récit de seconde main concernant Vlad Basarab, alias l'Empaleur, alias Comte Dracula, alias Comte Orlok."
       
    Quelques rires dans la salle. Lison sourit. L'écrivain continue sa présentation.
       
    "En somme, Galen a représenté le vampire dans toute la monstruosité de ses actes, en laissant de côté un réalisme et une factualité par essence baisée.
    En effet, les deux histoires sont identiques. Et c'est bien normal, car il s'agit de deux visions des mêmes événements. L'une gothique et romantique, l'autre expressionniste et fantastique. Laquelle des deux est la plus juste ? À qui appartient une histoire ? Il ne s’agit que de quelques questions que Nospheratu soulève. Et c'est en cela que ce film doit être projeté : parce que tout ne se résume pas à une négociation de droit d'auteur. Je vois certains de mes collègues grimacer dans la salle. Je vous rassure, messieurs, nous discuterons des rapports conflictuels entre l'art et la réalité après a séance.
    Bref. Je vais laisser notre projectionniste envoyer le film, et je vais vous laisser vous poser des questions. Car c'est probablement la seule chose importante dans la démarche qui nous rassemble ce soir : soulever des questions, et discuter des réponses.
       
    Je tiens juste à remercier Lison pour avoir organisé cette soirée, et pour avoir donné de sa personne pour épargner les pauvres vivants que nous somme des attaques de ses lointains cousins consanguins qui hantent les égouts et les catacombes de notre belle ville.
    Je vous souhaite une bonne projection, en espérant que ni le CID ni les Vampyres n'interrompent la soirée."
       
    D-713 remontent l'allée centrale zigzagante pendant que les applaudissements et les lumières diminuent. Il quitte la salle pour se diriger vers le bar sauvage, installé sur un sarcophage de pierre vide. Entre revoir pour la énième fois un film qu'il connait par cœur et se jeter un ou deux verres dans la gorge, son choix est vite fait.


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    avatar
    Le Golem
    Admin

    Célébrité : : Le Golem
    Masculin Messages : 206
    Points : 274
    Date d'inscription : 02/01/2016
    Localisation : partout

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    500/500  (500/500)

    Re: Cinéma Memento Mori

    Message  Le Golem le Ven 20 Mai - 13:44

    Cinema Memento Mori




    Bien entendu, il est des lieux, comme celui-ci, qui sont la source de nombreux fantasmes et de nombreuses craintes. Bien que le si terriblement fameux Gang des Vampyres ait été vaincu, et ceci à plusieurs reprises, tout le monde à encore en tête la série de drames et d’affrontements qu’il y a eu entre eux et le CID. Leur reine, déclara ce dernier, est vaincue et sous bonne garde. Mais tout le monde sait aussi qu’en 1930, alors que la ville fut privée d’électricité pendant 3 jours, le gang a tenté de libérer sa reine, a priori sans succès. Enfin, il est faux de dire « tout le monde ». En vérité, seuls les passionnés d’histoires fantastiques, parfois fantasques, le sont.

    Mais les bourgeois désœuvrés, ou le quidam en quête de sensations fortes aiment à se faire un peu peur en venant ici. L’idée d’en faire un cinéma pas tout à fait légal est une idée de génie pour certains. De plus, le choix du film ne pouvait pas mieux tomber, pour entretenir la légende des effroyables exactions qui eurent lieu naguère dans ces dédales et ces ossuaires.

    De ci de là, au détour d’un couloir, l’on peut croiser une lampe accrochée à ultra-violet, mise en place par le CID suite à leur affrontements d’alors. Sont-ce de simples humains ou véritablement ce qui reste du gang qui, régulièrement, casse une de ces lampes ? Nul ne le sait, mais le frisson est garanti lorsque l’on tombe sur un de ces objets fracassé au sol. Elles sont remplacées, bien sûr, si on le signale. Mais pendant quelques nuits, quelques jours, le danger rode, dans l’imaginaire des promeneurs en quête de frissons malsains.

    Lison est une étrange femme. Elle cultive bien sur cette étrangeté, ne niant aucune rumeur, n’en lançant aucune non plus. Est-elle seulement humaine ? Parfois, son auditoire ou tous simplement les gens qui ont l’heure de la côtoyer sont fascinés par la possibilité qu’elle ne soit plus tout à fait de ce monde.

    L’alcool est plutôt de bonne facture, et il te réchauffe le corps assez rapidement. Au loin, les lueurs tremblotantes et le son du film projeté captivent le public particulier installé en toute impunité. Il y a dans l’atmosphère quelque chose de spécial, comme si il allait se passer un de ces événements qui peut tout bouleverser.

    Au bout d’un moment Lison te rejoins, et, souriante, se permet de boire elle aussi. Absinthe. La fée verte, si prompt à exacerber la peur, le désir et la colère. Lequel de ces instincts veut elle pousser, tu n’en sais rien.

    « Tu es courageux… Parler de ça avec des gens qui pensent tout connaitre du 7ème Art… Tu pourrais tellement en remontrer à certains… Mais il y a parfois des personnes intéressantes. Tu sais qu’on murmure que le Nyctalope, pour montrer sa domination totale sur elle, a projeté de pareils films à la baronne ? » . La baronne. La tristement célèbre reine vampyre. La réalité était finalement loin de ce qu’on pouvait voir des films. Si ce que dit lison était vrai, c’était donc une humiliation volontaire de la part de Léo Sainclair… Un courageux personnage, mais avec un Ego démesuré. Les éditions querelles pour lesquelles tu travailles l’ont dans le collimateur et cherchent à en savoir plus sur lui.

    Lison s’apprête à plaisanter ou peut être te poser une nouvelle question, lorsqu’un bruit suivit d’un juron, puis de protestations vous fait tourner la tête. Le film s’est arrêté et c’est le projectionniste, embarrassé, qui subit le courroux.

    « C’est la lentille » explique-t-il. « Elle m’a lâché ». La salle n’est éclairée à présent que de quelque bougie, que certains ont eu la présence d’esprit de rallumer.

    « j’ai de quoi réparer, j’ai une autre lentille, il me faut juste quelques minutes.. peut-être dix ». Un entracte non prévue, en quelque sorte.



    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes




    avatar
    D-713

    Célébrité : : Jonny Ruzzo (titre inconnu)
    Messages : 8
    Points : 14
    Date d'inscription : 24/04/2016

    Feuille de Personnage
    karma ::
    2/5  (2/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    100/500  (100/500)

    Re: Cinéma Memento Mori

    Message  D-713 le Ven 20 Mai - 21:23

    Le Cinéma Memento Mori





    «Tu devrais commencer à me connaitre, Lison. C'est plus une forme très assumée d'inconscience désinvolte que du courage.»
    Il prend une nouvelle gorgée de Byrrh et pose son verre pour se rouler une nouvelle cigarette. Récemment, Gauloise a sorti de toutes nouvelles machines à rouler révolutionnaires, avec une réserve de tabac et un rangement spécial pour les feuilles. L'écrivain se trimballe toujours avec sa vieille blague en cuir, presque bouillie par les trop nombreuses éclaboussures de café brulant.

    Il passe deux coups de langue sur la gomme arabique en recevant le compliment de la coupable de la soirée. Il ne sait jamais si elle est sérieuse où si elle égare sa langue dans des endroits que le bon goût interdit de mentionner. Mais à sa décharge, ce n'est jamais facile de savoir ce que pense un membre du Vieux Clan.

    «Ça ne m'étonne pas de lui.»
    D-713 n'a jamais apprécié le vieux Sainclair. Rien de grave. C'était seulement personnel. Il n'a jamais avalé ce qu'il a fait de l'héritage de la Reine du Radium. Marie Curie a toujours accueilli l'Anagramme à coups de fusil, mais c'était à cause de cette histoire avec Ève. Sur le fond, ils ont toujours été d'accord.

    L'homme allume sa cigarette avec le briquet volé, quelques secondes avant que le claquement de la lentille n'interrompe Lison. Il regarde en direction de l'entrée de la salle, soufflant un nuage de fumée en écoutant le projectionniste s'expliquer.
    Il observe Agalé sortir de la salle de projection et filer droit sur lui.
    «Tu as du feu ? demande-t-elle
    - Mieux, j'ai le tien.»

    La prostituée au visage parcouru de ses éternelles arabesques noires se mouvant paresseusement jette un regard noir à l'écrivain, avant de récupérer son bien. Elle souffle la fumée irisée de sa Chesterfield Radium et ajoute:
    «J'espère qu'il va réparer vite. J'étais assise à côté d'un critique qui avait l'air prêt au meurtre.»

    D-713 tente de répondre en raillant la tendance naturelle des Gardiens du Temple à être prêt à combattre, tuer et mourir pour la cause. Mais une quinte de toux l'en empêche.
    Il tousse fort et brutalement, assez pour que le bruit de sa trachée résonne dans sa cage thoracique. Il tousse assez violemment pour avoir les larmes aux yeux. Il finit par se calmer, et crache. Une tâche rouge tombe sur le sol.
    « C'est du sang ?»
    Agalé à cette façon de rester parfaitement calme et posée quand elle est inquiète. Lison la détrompe. Elle sait reconnaitre du sang quand elle en voit, quand elle en sent.
    L'Anagramme donne un coup de chaussure pour recouvrir son crachat de la poussière des catacombes. Il précise:
    « C'est de l'encre. N'y prête pas attention, ça arrive.»

    Il rallume sa cigarette.


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    avatar
    Le Golem
    Admin

    Célébrité : : Le Golem
    Masculin Messages : 206
    Points : 274
    Date d'inscription : 02/01/2016
    Localisation : partout

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    500/500  (500/500)

    Re: Cinéma Memento Mori

    Message  Le Golem le Dim 29 Mai - 10:23

    Cinema Memento Mori





    (à part Aglaé que tu as créé, que tu peux faire agir pendant ton tour, même si je la fais agir ou commenter si tu n’as rien de spécial à lui faire faire, je prends le contrôle de tous les Pnjs que tu as introduit dans le rp. Si tu comptes faire jouer un rôle en particulier, ou une nature particulière a Lison, tu peux me le mp et j’en tiendrais compte)

    Les personnes savent visiblement se contenir, mais il y a comme une tension dans l’air. Le bruit lié à la panne aura eu au moins le mérite de faire sursauter la plupart des gens présent, mais à présent que le frisson de la peur est passé, c’est une colère sourde, ou, au mieux, une déception et un agacement, qui semble s’installer. Les gens, dépités, mais déterminés à rester malgré tout, se lèvent, se dégourdissent les jambes et viennent s’encanailler au bar ou fumer un peu plus loin.

    Aglaé ne fait pas exception, si ce n’est qu’elle en a vu d’autres, et qu’elle ne se laisse pas facilement intimider ni énerver pour un rien. Ayant récupéré son bien que tu lui avais dérobé, elle se contente de tirer sur sa cigarette, avec un air un peu blasé. Mais son regard est bien plus vif que ne le laisserait penser son attitude, rien ne lui échappe ou presque.

    Lorsque tu craches au sol, suite à une quinte de toux, de l’encre rouge curieusement cousine avec le sang, Aglaé fait une petite moue pas franchement convaincue, même après que Lison ait confirmé tes dires.

    Ta cigarette rallumée, tu parcours les lieux du regard, et quelque chose t’intrigue. Ta sensibilité exacerbé passe parfois aux yeux des crédules pour un don de médium, mais cependant tu sais lui faire confiance. Souvent, en effet, ton cerveau emmagasine un nombre d’informations à la fois factuelles et sensorielles qui aboutissent souvent à des fulgurances.

    Ici, aucune fulgurance, mais une impression étrange, celle qu’il va se passer quelque chose, quelque chose de pas ordinaire. Machinalement, tu observes les gens présents, et tu finis par remarquer qu’une personne manque... Un grand type, qui était venu avec un chapeau haut de forme très ostentatoire. En soit, ça n’a rien de bien exceptionnel qu’il soit parti, mais son chapeau est encore présent sur la place qu’il occupait. De plus, tu as repéré, à la périphérie de ta vision, sans savoir ou exactement, une lumière étrange, qui n’avait rien de naturel. C’est presque comme un reflet fugace dans un miroir, mais sans savoir d’où elle pouvait provenir.




    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    jk



    avatar
    D-713

    Célébrité : : Jonny Ruzzo (titre inconnu)
    Messages : 8
    Points : 14
    Date d'inscription : 24/04/2016

    Feuille de Personnage
    karma ::
    2/5  (2/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    100/500  (100/500)

    Re: Cinéma Memento Mori

    Message  D-713 le Mer 1 Juin - 13:45

    Le Cinéma Memento Mori





    «Tu devrais peut-être essayer les cigarettes au Radium. Non ?»
    Agalé observe D-713. Il continue de fumer comme s'il ne l'écoutait pas. La muse de la Maison aux rideaux rouges reprend:
    «D ... Ne fais pas celui qui n’a pas entendu. Je sais que tu n’aimes pas l'idée, mais penses-y. Ça t'irriterait peut-être moins la gorge.»
    L'écrivain ne répond toujours pas. Son regard est perdu dans le vide, en direction de la salle de projection. Les deux femmes l'observent, perplexes. Agalé finit par poser une main sur son épaule.
    «D ?»
    L'homme se retourne vers son amie, le regard interrogateur, comme si elle venait juste de l'interpeller.
    «Tout va bien ?
    - Oui oui.»

    L'Anagramme se retourne une nouvelle fois vers la salle de cinéma clandestine.
    «J'ai l'impression d'avoir une métrique foireuse.
    - Hein ?
    - Tu sais, genre quand tu écoutes une pièce classique toute en alexandrins et que tu as un l'hendécasyllabe planté au milieu du second acte.
    - Oui ... Et ?
    - Le moment me fait ça ...»

    D-713 se détourne de la jeune femme pour attirer l'attention du barman.
    «Hé, Charles. Tu as du café ?
    - Il faut qu'il coule.
    - OK. Tu peux me donner une dizaine de grains de café et un verre d'eau ?»

    L'homme derrière le bar est surpris, mais il s'exécute. Sous le regard interdit des autres cinéphiles venus passer le temps de réparation au bar, l'anagramme fourre les grains torréfiés dans sa bouche et commence à mâcher. Il fait passer le tout avec le verre d'eau et une grimace.
    Quand il repose le verre sur la table, sa main tremble légèrement.
    «Il y a un problème ?»
    Lison n'est pas inquiète. Elle n'est jamais inquiétée. Au pire, elle est concernée. D-713 file vers la salle de cinéma en lui répondant:
    «C'est pas dit, mais c'est pas impossible.»

    L'homme marche le long de l'allée centrale, jusqu'à l'écran. C'est là qu'il a eu la dernière bonne vue des personnes présentes. Dos à la toile blanche, il observe l'assemblée. Tout le monde le regarde avec curiosité, ce qui l'aide un peu plus. Il met un peu de temps à comprendre ce qui ne va pas à cause des personnes s'étant levé, mais il finit par remarquer qu'un homme n'étant plus assis n'est pas non plus au bar.
    L'Anagramme se faufile jusqu'à la place vide où trône un chapeau, comme laissé là pour réserver la place. Quelque chose attire son attention sur le côté, mais il ne voit rien. Ça ne le perturbe pas plus que ça : il est habitué à avoir affaire à des choses qui ne sont visibles que quand on ne les regarde pas directement.

    D'une main tremblante, il prend le chapeau pour l'examiner.


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    avatar
    Le Golem
    Admin

    Célébrité : : Le Golem
    Masculin Messages : 206
    Points : 274
    Date d'inscription : 02/01/2016
    Localisation : partout

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    500/500  (500/500)

    Re: Cinéma Memento Mori

    Message  Le Golem le Lun 18 Juil - 18:50

    Cinema Memento Mori





    Alors que tu as le regard attiré comme un papillon de nuit vers les lueurs étranges, tu ne peux te départir de trouver un certain charme dans cette atmosphère délicieusement étrange, en ce lieu ou il n’est pas rare de trouver véritablement des hommes ou des femmes qui n’ont pas qu’une attitude rebelle, mais le vivent réellement.
    Le café fait effet en toi, même si le gout amer en aurait rebuté plus d’un. Les spectateurs du film, devenus spectateur de ta propre mise en scène, sont curieux de voir si tu tiendras le choc, et certains murmurent même qu’ils essaieraient bien. Grand bien leur en fasse, il n’est pas donné à tout le monde d’avoir un tel rapport avec le breuvage amer, surtout quand il n’est pas vraiment sous forme de breuvage.

    Devant l’écran, des envies de lettres, des fantômes de mots se forment, dans ton esprit, ou peut être sur le tissus tendu, et tes doigts, fébriles, semblent vouloir écrire quelque chose. Tu sais parfois ou ça te mène, tu sais même parfois exactement comment en profiter. D’autres fois, en revanche, tu as l’impression d’assister à ta propre mise en abîme, et le sens cryptique de tes mains exaltées ne te parvient qu’au moment le plus opportun ou le plus inapproprié.
    Le chapeau dans tes mains est ordinaire, mais, chose qui l’est beaucoup moins, il semble comme recouvert de poussière.. Tes doigts, fébriles, trace des lettres dans la poussière , révélant un seul mot :

    « réel ».

    A ce moment-là, des cris, au loin, se font entendre, et des bruits précipités. Lison te regarde, depuis sa place, elle comme toi savez très bien ce qui rode encore dans les environs. Mais tous deux partagez également un secret : Lison a marqué son territoire et nulle créature à laquelle appartiennent ces cris caractéristiques ne pourra y pénétrer.

    Certain convives rient sous cape, persuadés que ce n’est qu’une mise en scène diablement efficace pour la soirée, quand d’autres sont véritablement effrayés.
    Pour toi, nul doute : des bruits de luttes, bien réels, ont lieux, des bruits organiques, de la chair sur la pierre. Lison fronce le nez. Elle sent l’odeur métallique caractéristique et ses yeux sont soudain plus acérés. Du sang ! il y a du vrai sang au-delà des limites de la salle, et des antagonistes. Le révéler créerai une véritable panique et si les gens paniquent, ils se mettent à courir. A courir et à mourir… Alors Lison s’adresse au projectionniste, qui, tremblant, acquiesce et recharge la bobine, ayant trouvé semble-t-il une nouvelle lentille.

    Posant machinalement le chapeau, tu remarques que tes doigts ont changé le mot « réel » en « irréel ».

    Guettant un assentiment, le projectionniste enclenche de nouveau le film, suite au hochement de tête, sec, de Lison. Cette dernière s’éclipse alors dans les ombres…
    Il se passe quelque chose qui titille ta nature.

    Dehors, il y a un vrai combat qui se passe, dont vous n’êtes que peu nombreux à en soupçonner l’existence. Mais qui se bat contre ce que tu sais être le clan disparu ?. Et ici… ici… De nouveau cette lumière… Et le film semble plus net, plus défini… Alors que la projection reprend, même le son semble plus présent. Les spectateurs se retournent parfois, étonné, comme si ils entendaient quelque chose à côté d’eux. Parfois, un vent dont un ne peut pas déterminer la provenance semble faire écho à celui présent dans le film. Il fait, semble-t-il, plus humide, plus froid, ici.





    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    jk




    Contenu sponsorisé

    Re: Cinéma Memento Mori

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 1:48