Méteo / FLux temporel et rumeurs


2016
Le flux mène au 16 février 2016.
En europe et en France en particulier, la météo est déréglée. Les températures sont au dessus des normes et on a plutôt l'impression d'être au printemps. Partout ailleurs dans le monde, la météo est conforme aux normes.

De nombreuses failles temporelles émergent, partout sur le globe, et d'anciennes figures qu'on croyait disparues refont surface. Les surhommes, désormais appelés "super héros", sont maintenant de notoriété publique et certains ont même des comics relatant leurs exploits.
Certains groupes datant de l'époque chimérique font à nouveau parler d'eux...

1934
Le flux mène au 02 janvier 1934.
A paris, le ciel est agréable et ensoleillé. A Londres, températures fraiches mais ciel dégagé. Aucune faille, jusqu'ici ne mène en dehors de ces villes. Les autres villes sont bien sur accessible, mais le flux temporel ne nous permet pas de connaitre l'état météorologique dans les autres villes.

Un meurtrier en série sévit en ce moment à Paris, découpant les mains de ses victimes.

Une enquête est menée sur les laboratoires privés Flamel et leur soit disant "produit miracle".

Le scientifique français Henri George Ben a disparu...< /div>

1921
Le flux mène au 21 février 1921
A paris, le temps est clément, mais il fait assez sombre.
A Londres, il pleut et la température est basse.
Aucune faille, jusqu'ici ne mène en dehors de ces villes. Les autres villes sont bien sur accessible, mais le flux temporel ne nous permet pas de connaitre l'état météorologique dans les autres villes.

Une folle rumeur court sur la résurgence d'une ethnie Fae et leur lien avec "la fée verte" reste à démontrer...

    Une histoire de relations

    Partagez
    avatar
    Lisbet Nuñez

    Célébrité : : Rosabell Laurenti Sellers
    Féminin Messages : 7
    Points : 14
    Date d'inscription : 22/02/2016

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    100/500  (100/500)

    Une histoire de relations

    Message  Lisbet Nuñez le Lun 14 Mar - 10:00

    Une histoire de relations



    Il fait chaud à Madrid. Les vieux disent que c'est « l'hiver le plus chaud depuis [insérez ici une date bien avant votre naissance] » ou alors qu'il n'y a plus de saison. Il fait surtout chaud dans cette salle surpeuplée et surchauffée. Entre les groupes de personnes, il y a des sculptures, mais on dirait plus une exposition de personnes qu'une exposition de sculptures. Chapeaux extravagants, habits d'un autre temps ou cheveux aux couleurs de l'arc-en-ciel – dernier point qui intègre aussi Lisbet aux éléments de ce tableau – ils sont tous bien différents et tout aussi intéressants à observer que les sculptures. Mais les sculptures, elles, ne risquent pas de se retourner pour se rendre compte que vous les fixez, ce qui serait plutôt embarrassant en fait.

    Entre deux morceaux de guitares, la jeune étudiante entend une petite voix aiguë qui se distingue du brouhaha. En se retournant, elle enlève un écouteur et se retrouve face à Ana. Ana va à la même école qu'elle, elle a même l'air d'en venir directement, elle a de la peinture sur les doigts et elle attend apparemment une réaction.

    « Pardon, j'écoutais pas. »

    Elle rit. « Je disais que ça pourrait être toi. » Voyant l'air perplexe de son amie, Ana pointe du menton l'artiste exposée, en train d'être photographiée un peu plus loin pour un journal local.

    « Aaaah ! » Lisbet sourit, gênée. « Non, j'ai pas assez de talent... »

    « Lili. Pour la dernière fois. C'est pas une histoire de talent, c'est une histoire de relations. Une fois que t'as les relations et que tu poses tes œuvres quelque part, tu finis toujours par trouver des gens qui auront l'impression que t'as du talent. T'as de la chance, le mec de la galerie t'aime bien. Alors t'attends quoi ?»

    Pedro est au fond de la salle en train de discuter avec des gens et d'autres. A côté d'eux, on aperçoit un coin de la table déjà à moitié vidée de ses tapas.

    « Regarde-moi les tous à se goinfrer ! Amateurs d'art, tu parles... Bon, je te laisse, je vais taper dans la sangria avant qu'il y en ait plus ! »

    Ana repart aussi vite qu'elle est arrivée et Lisbet se replonge dans sa musique en se promenant parmi les œuvres. Le buffet a au moins le mérite de dégager un peu le passage et même si quelques uns se baladent avec en laissant un chemin de miettes, beaucoup restent près du point où ils peuvent se resservir. Une bouteille écrasée en bronze de la taille d'un enfant de deux ans à un prix indécent attire son attention. Il ne faut pas seulement des relations ou même du talent, mais aussi un message. Lisbet n'a pas de message, des histoires tout au mieux. L'Opale en a, un message, mais juste pour elle. C'est déjà assez perturbant d'avoir eu accès à l'école d'art grâce aux tableaux de l'esprit, elle ne voudrait pas non plus être reconnue pour ça.

    Après avoir fait le tour de la salle, elle s'adosse à un pilier qui n'est pas une œuvre d'art et se demande si elle ne ferait pas mieux de rentrer. Il y a quelques étudiants qu'elle connaît, au moins de vue, certains lui disent bonjour de loin, mais elle commence un peu à s'ennuyer. Elle enlève de nouveau ses écouteurs, pour voir si elle perçoit quelques discussions qui pourraient l'intéresser, histoire de s'incruster dans un groupe. Il fait à peine nuit et elle préfèrerait autant que sa soirée ne se termine pas à 19h30.


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    avatar
    Le Golem
    Admin

    Célébrité : : Le Golem
    Masculin Messages : 206
    Points : 274
    Date d'inscription : 02/01/2016
    Localisation : partout

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    500/500  (500/500)

    Re: Une histoire de relations

    Message  Le Golem le Mar 15 Mar - 19:54

    Une histoire de relations




    La chaleur est effectivement étouffante à Madrid. Mais c’est aussi un prétexte pour tout un tas de jeunes gens de faire la fête et de trouver des moyens variés de se désaltérer. Sous le regard outragé de certains vieux, des jeunes se baignent à moitié nus dans les fontaines, d’autres sont imbibés d’alcool très tôt dans la journée, ou très tard, selon qu’ils se lèvent ou rentrent, à peu près comme ils peuvent, de leur soirée.

    Cependant, même si certaines personnes tordent le nez, tu te sens bien dans cette ville. Elle est extravagante, et surtout très ouverte et cosmopolite. Les gens ont des look et des attirances diverses, et globalement plutôt vécues ouvertement.
    Alors que Ana t’interpelle, exprimant tout haut ce que plusieurs pensent de toi, à savoir que tu as du talent et que tu te dénigres trop, tu tournes tout de même la tête vers la jeune artiste qu’elle te montre.

    Mais c’est Pedro qu’elle t’indique. Il est plutôt beau garçon, mais surtout il a cet indéfinissable charme, ce charisme naturel. Ces gestes sont précis, naturels, son sourire éclatant et ses yeux noirs pétillants. Un vrai bonbon pour les yeux.
    Ce n’est pas la première inauguration que tu fais, y compris à Madrid, et tu remarques, amusée, certaines personnes déjà aperçues. Et oui, il y aura toujours des pros du pique-assiette pour venir se goinfrer à l’œil.

    Le soir tombe à peine, mais la chaleur pèse déjà un peu moins lourd.
    « Encore en train de rêver, mademoiselle ? »

    Tu sursautes pratiquement alors que Pedro est venu te parler, te tendant un verre que tu penses être une sangria améliorée… Son sourire charmant est décidément bien embarrassant..
    « il faudra vraiment qu’on prenne le temps de parler de vos tableaux… Ils sont intéressants à plus d’un titre.. Il y a comme un côté presque mystique qui en émane.. Excusez-moi, je dois encore voir quelques acheteurs potentiels, mais j’organise une petite soirée ce soir, guitare, plats un peu plus originaux que les tapas d’ici. C’est dans un ancien gîte, ou la pierre est présente, et donc il y fait une fraicheur vraiment agréable comparée à la chaleur étouffante. Nous devrions y être une dizaine, peut être une quinzaine de personnes, du moins au début… Je pense qu’on devrait être beaucoup moins ensuite, histoire de se poser un peu. L’occasion de passer une soirée à parler d’art ou d’autres choses, et surtout d’échapper à ces mondanités et à la chaleur… Amenez autant d’amis que vous voulez, il y a de la place…C’est une grande maison typique de Madrid, avec un paysage à couper le souffle, pratiquement désertique, autour… Il y a a peu près une heure de route pour y aller, mais il y a largement de quoi dormir sur place. Il sert régulièrement de gite. Vous devriez trouver facilement sur google ou avec un gps… Ce sera a la bonne franquette ».

    Et il repart, t’ayant laissé sa carte avec une adresse griffonnée dessus.
    Ana arrive à ce moment-là, un sourire entendu sur le visage…
    « Alors ? ». Elle t’arrache pratiquement la carte des mains.
    « Oh ! Une fête ? Steplait steplait, steplait ! ».. Son regard de chien battu te fait rire. Il est imparable.


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes




    avatar
    Lisbet Nuñez

    Célébrité : : Rosabell Laurenti Sellers
    Féminin Messages : 7
    Points : 14
    Date d'inscription : 22/02/2016

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    100/500  (100/500)

    Re: Une histoire de relations

    Message  Lisbet Nuñez le Dim 3 Avr - 21:48

    Une histoire de relations



    Quand Pedro débarque, Lisbet est effectivement en train de rêver et elle est presque rassuré qu'il lui fasse la remarque, tout naturellement, car c'est dans sa personnalité. L'exposition ne l'intéresse pas plus que ça, mais elle avait promis d'y être. Au moins pour voir. Maintenant qu'elle a vu, elle n'a pas d'avis et la dernière chose qu'elle voudrait c'est qu'on le lui demande.

    Fort heureusement, le galeriste évoque un tout autre sujet et plus que de lui proposer un verre qu'elle saisit distraitement, il lui dresse le tableau d'un paysage local qu'elle peut déjà voir se dessiner devant ses yeux. De temps en temps, elle pense à s'échapper, aller au bord de la mer, surtout avec cette chaleur. Valence. Valence serait bien, ou Barcelone. Elle ne se voit pas quitter la vie citadine, juste change un peu d'air. Pourtant, le gîte, la campagne, la fiesta... Tout ça la rappelle à une réalité qui est tout aussi appréciable qu'un rêve, sinon plus, parce qu'elle existe. Comme d'habitude, elle le laisse parler, non sans communiquer des regards ou des sourires, mais guère plus. Elle ne se sent pas bavarde et même si elle a déjà pris sa décision, elle commente juste par un :

    « Je vais voir... »

    De toute façon, il est déjà reparti, il a beaucoup à faire. Lis scrute la carte, essayant de deviner l'emplacement du gîte juste en suivant du regard les lettres formant l'adresse. Elle visualise, encore rêveuse, cette maison de pierre dans sa colline et sous la nuit étoilée. Une nuit dont la fraîcheur est bienvenue. Mais le songe s'efface vite avec le retour d'Ana qui est tout simplement elle-même et qui se saisit du papier avec la délicatesse que son amie lui connaît. A présent, elle ne tient plus en place et son visage expressif emporte Lisbet avec elle, réussissant à arracher un rire sincère à celle qui se fait si discrète depuis le début de l'événement. On peut difficilement être discrète avec une compagnie pareille.


    « C'est bon, c'est bon ! » Son rire s'estompe et glisse vers un sourire teinté d'une certaine douceur.
    « J'allais te proposer de venir de toute façon, j'ai bien envie de sortir, mais pas toute seule. »

    Elle regarde son verre auquel elle n'a pas touché et le tend à Ana avec un sourire.

    « Je vais conduire, vaut mieux pas que je boive. »

    A présent, ses yeux se tournent vers la porte qui s'ouvre et se referme au gré des allées et venues. La jeune femme a vu tout ce qu'elle avait à voir ici et l'extérieur moins étouffant l'appelle de plus en plus. Elle s'adresse de nouveau à Ana :

    « Je vais partir là. Je passe chez moi, prévenir mon père, manger un bout et me préparer. Tu peux venir si tu veux, sinon je passe te prendre un peu plus tard. Comme tu veux. »


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes
    avatar
    Le Golem
    Admin

    Célébrité : : Le Golem
    Masculin Messages : 206
    Points : 274
    Date d'inscription : 02/01/2016
    Localisation : partout

    Feuille de Personnage
    karma ::
    5/5  (5/5)
    Mes pouvoirs et gadgets:
    Réputation:
    500/500  (500/500)

    Re: Une histoire de relations

    Message  Le Golem le Mar 12 Avr - 20:06

    Une histoire de relations




    Le galeriste semble ravi de ta phrase pourtant peu enthousiaste. Un « je vais voir » est tout ce qu’il lui faut, visiblement, ce soir, car il repars rapidement pour jouer à l’hôte et au représentant irréprochable.

    La carte que tu tournes entre tes doigts est simple, sobre, élégante. Plusieurs images défilent dans ta tête, et si chacune d’elle est différente, elles ont toutes un point commun : pittoresque, sauvage, beau… La pierre, qui rafraîchit, et surtout une maison excentrée, loin de la cohue de la ville et des odeurs pas franchement ragoutante des gens transpirants…
    Ana fait son numéro habituel, c’est presque un jeu entre vous. Il faut dire que peu de gens lui résistent, mais tu peux te targuer d’en faire partie, et c’est peut-être pour ça qu’elle t’aime autant d’ailleurs… Cette tête de linotte semble ne jamais angoisser, et ne jamais se projeter plus loin qu’à la fin de la semaine…

    « J'allais te proposer de venir de toute façon, j'ai bien envie de sortir, mais pas toute seule. »
    C’est un sourire ravi et sincère qui anime le visage de ton amie, car elle ne peut jamais être sure avec toi. Une vraie victoire ou plutôt une vraie récompense.

    A ta dernière proposition, elle semble hésiter, jamais très à l’aise avec ton père… Mais elle finit par t’accompagner, pianotant sur son smartphone pour trouver l’endroit.
    « Vache ! Ya presque un désert autour ! on ne va pas être emmerdé par les démarcheurs… Par contre la villa semble super grande et il y a pas mal d’arbres autour, si on en croît googlemap »…

    Soudain, elle manque de te faire freiner en urgence, plantant pratiquement ses ongles sur ton avant bras.
    « merde ! j’ai rien à me mettre ! »

    Son air de chien battu arrive à balayer tes reproches, mais elle s’excuse néanmoins… Elle décide donc de passer chez elle, qui n’est pas si loin de chez ton père, et de t’y rejoindre ensuite, avec « quelques affaires »… La connaissant, tu espères juste que les valises rentreront dans le coffre…

    (…)

    Finalement, c’est une Ana relativement sobre, puisque chargé uniquement de deux gros sacs, qui débarque, toute pimpante… La route va être un petit peu longue, mais la chaleur ayant cédé la place à une certaine fraicheur, elle ne devrait pas être désagréable… Le paysage change vite, dans le coin, et après avoir voyagé quelques temps, vous traversez effectivement une sorte de désert, grimaçant en pensant à la chaleur qu’il doit dégager en journée… Vous arrivez enfin près de la grande villa, ou des sons de musiques et quelques rires vous indiquent que vous n’êtes pas les premières… Les lumières sont colorées et c’est en garant votre voiture que vous découvrez un espace boisé tout autour, et une agréable fraicheur… Pedro n’avait pas menti, elle est splendide…

    (il y a 8 personnes dedans, tu as liberté totale de les imaginer et les décrire, ou non )


    POOL KARMA :
    5/5
    © Fiche par Mafdet Mahes





    Contenu sponsorisé

    Re: Une histoire de relations

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 24 Oct - 9:53